• 0760847845
  • christophe.cieslewicz62@gmail.com

L’hypnose

Quelques vérités sur l’hypnose :
L’état hypnotique est naturel, inoffensif en soi et thérapeutique. Chacun en fait l’expérience quotidiennement.

Ce n’est pas une forme de sommeil, c’est un état de conscience certes modifié tout comme la veille ou le rêve.

Il se crée naturellement à partir de l’instant où physiquement on se trouve à un endroit et que les pensées sont ailleurs.

L’état hypnotique est différent du magnétisme ou du travail des énergies du corps.

L’hypnose est un apprentissage nécessaire au déverrouillage de nos capacités profondes de changement. Il n’y a pas de réel changement en état ordinaire de conscience.

Il est impossible de rester en état d’hypnose de manière définitive.

L’efficacité de la thérapie en hypnose n’est pas liée à la profondeur de l’état.

L’hypnose utilise les mots pour soigner les maux.
Historique de l’hypnose :
Depuis que l’homme est homme et qu’il a fait l’apprentissage de la parole, il l’utilise pour soigner ses maux.
Les premières traces de soin par la parole ont été retrouvées sur un manuscrit cunéiforme sumérien (L’écriture cunéiforme est un système d’écriture mis au point en Basse Mésopotamie entre 3400 et 3200 av. J.-C. , qui s’est par la suite répandue dans tout le Proche-Orient ancien, avant de disparaître dans les premiers siècles de l’ère chrétienne, il y a plus de 6000 ans). Ces traces relatent des guérissons en état modifié de conscience.
Les papyrus Edwin Smith et Ebers se référent il y a environ 3500 ans aux rapports entre le cerveau et l’esprit ainsi qu’à de nombreux procédés médicaux ressemblant fortement à de l’hypnose.
Les philosophes comme Pythagore il y a près de 2700 ans affirment que les nombres sont des particules de l’âme… Celui-ci décrit aussi les trois strates de fonctionnement du cerveau ( McLean ).Platon, l’humaniste Pic de la Marandole, l’astronome Kepler, la physique quantique, la théorie des Supercordes jusqu’à L’Hypnose Humaniste ainsi que, le frontispice de la maison D’Antiphon d’Athènes font référence à la guérison avec les mots.
Socrate explique que parler aux gens d’une voix terne les met en état de réceptivité d’ouverture d’esprit : un principe repris en hypnose et en sophrologie. Platon reprend aux philosophes présocratiques le concept D’Idées. Ce sera la base de ce fameux « mythe des cavernes » (La République) où il enseigne la mécanique d’un univers bâti sur la Conscience et l’Information, tel qu’on le retrouvera au XXème siècle en physique quantique.
Partout dans le monde les philosophies, les religions et pratiques se multiplient pour expliquer l’existence de vivre. De ces croyances naîtront la philosophie et la psychologie avec les notions d’inconscient et de Conscience il y a 2450 ans. En 1700, Gottfried Leibniz, philosophe, chercheur et mathématicien est l’un des premiers à parler d’ « automate » qui fera place à la notion d’Inconscient bien après. L’année1841 voit apparaitre la naissance de l’hypnose. Le chirurgien écossais James Braid établit les bases scientifiques d’une pratique thérapeutique uniquement verbale : l’Hypnose Thérapeutique est née ouvrant la voie aux bases de la future psychothérapie. Quelques temps plus tard, Elliotson professeur de chirurgie, vulgarise l’hypnose pour les anesthésies. Le docteur Parker publie le compte rendu de nombreuses interventions sous hypnose dont une amputation indolore. James Esdaille, chirurgien Écossais, exerçant à Calcutta, rapporte de nombreuses interventions sous hypnose. L’Hypnose est considérée comme la nouvelle médecine de pointe. Les jeunes Sigmund Freud et Carl Jung, alors élèves de Bernheim, Charcot et Janet, enseignent l’Hypnose et vont la mener sur la voie du traitement des troubles de l’Esprit.
Les années 1900 laissent apparaître les bases de l’auto hypnose et des recherches médicales montrent un lien psychosomatique démontrant que toute une série d’affections comme l’ulcère à l’estomac, l’hypertension artérielle, l’asthme, etc peut être déclenchée par des perturbations de l’activité nerveuse supérieure. Les années 1950 aux Etats-Unis, le psychiatre Milton Erickson, après de nombreuses années d’études de l’état d’hypnose, en révolutionne sa pratique par une approche plus stratégique. En 1979, le sexologue et hypnothérapeute américain Daniel Araoz crée la Nouvelle Hypnose qui utilise certaines techniques d’Erickson et les techniques classiques de langage et de Programmation Neurolinguistique. Après la mort d’Erickson en 1980 ses élèves continuent d’enrichir et d’optimiser l’hypnothérapie, créant ainsi une nouvelle hypnose adaptée à notre époque, la première qui soit vraiment collaborative. C’est la première fois que l’on donne la parole au patient qui peut ainsi participer à l’induction hypnotique. La nouvelle hypnose est très pratiquée bien souvent confondue avec l’hypnose Ericksonienne. Elle constitue la forme d’Hypnose dissociatrice la plus sophistiquée. En tant qu’approche intégrative, elle peut inclure selon les praticiens diverses techniques souvent très différentes : tantôt « psy » tantôt « thérapie brève », tantôt « new-age » ou « énergétique »… Dans les années 1990, Olivier Lockert formalise en français des techniques hypnotiques avancées de langage qui deviendront emblématiques de la nouvelle Hypnose européenne : saupoudrage, métaphores sur plusieurs niveaux, communication subliminale, etc. Il adapte aussi les structures thérapeutiques simples de la PNL à une utilisation purement hypnotique. Ces protocoles sont aujourd’hui parmi les plus utilisés en hypnothérapie par les praticiens francophones. Élaborée depuis les années 90 et théorisée à partir de 2000 par Olivier Lockert et Patricia d’Angeli, l’Hypnose Humaniste offre un moyen inédit d’accéder aux états modifiés de conscience : non plus par une restriction du registre cognitivo-sensoriel, mais grâce à des inductions hypnotiques inversées par un déploiement cognitivo-sensoriel en état de conscience augmenté. En Hypnose Humaniste, la personne n’est plus endormie ; elle accède à davantage de conscience d’elle-même et du monde autour. Cela lui permet d’agir en autonomie sur ses blessures émotionnelles, guidée par un pédagogue qui a un rôle d’aider : le thérapeute. L’Hypnose devient ainsi accessible à tous, sans crainte de manipulation ni de perte de contrôle. En plus de la thérapie, elle prend ainsi sa place en coaching au sein des entreprises.